La côte pacifique de l’Equateur

IMG_3540

Bon, on pas fait toute la côté pacifique, on a surtout vu un petit bout et en particulier Puerto Cayo où nous sommes restait une vingtaines de jours dans le cadre une fois de plus d’un volontariat.

Certes c’est sympa de voir la mer, de profiter du soleil et de la plage mais, quand on aime la nature, la végétation on tourne vite en rond. Très sincèrement tout se ressemble, c’est très sec. C’est cool quelques jours pour se relaxer, boire un jus de coco et faire du surf quand les vagues s’y prêtes  mais, perso on n’a pas été conquis.

IMG_3244

Puerto Cayo c’est un village tranquille, les gens sont tranquilles, pas de prise de tête. Mais les bords de plages commencent à être envahit de maisons luxueuses et sans charmes  construites par des retraités américains ou canadiens…

En tout cas c’est pas ici que vous vous immergerez dans la culture Équatorienne et améliorerez votre espagnol.

IMG_3525

Cela ne nous aura pas empêché de peaufiner notre bronzage et de mettre plein de sable dans nos affaires !

Prendre les transports en communs

Je parle ici de la Colombie, de l’Equateur et de la partir amazonie du Pérou.

Si vous prenez l’Espagne ou la France par exemple il est INTERDIT de prendre le bus avec un chien, on peut prendre le train, il faut parfois payer un supplément, le  covoiturage si le conducteur les acceptes.

Pour avoir déjà voyagé en Argentine, en Amérique centrale, je sais que cela peut vite devenir un casse tête de voyager avec un chien, du coup forcément j’avais une appréhension pour le bus, les taxis. Je m’étais renseigner en amont pour savoir si il était possible de prendre le bus avec son chien et j’avais entendu tout et son contraire.

A vrai dire cela dépend ÉNORMÉMENT du chauffeur, c’est lui qui prend la décision. Si vous avez un petit chien, qu’il a son petit sac de transport il n’y a généralement aucun problème.

J’ai vu des gens prendre le bus avec des gros chiens aussi, il vaut mieux malgré tout demandé au guichet de la compagnie pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Pour ma part en Colombie je n’ai eu qu’une seule fois un refus, c’était bien la première fois que cela arrivé, j’ai passé 9 mois là bas, j’ai beaucoup voyager dans le pays et cela uniquement en bus sans un seul problème. Comme quoi est jamais à l’abris des mauvaises surprises.

En Equateur il arrive souvent de voir des symboles « INTERDIT AUX CHIENS » sur la porte du bus mais, voilà c’est en fonction du chauffeur et c’est bien certain qu’un petit chien dans son sac de transport c’est quand même plus facile à faire accepter (ou à camoufler) qu’un gros chien.

symbole-interdit-autorise-chiens-signe-interdites_121-98628

Pour le Pérou c’est particulier car je n’ai fait que la partie Amazonie, donc c’est pas du tout représentatif du reste du pays, là bas c’est un monde complètement à part.  Quoi qu’il en soit, nous n’avons rencontré aucun problème pour prendre un quelconque moyen de transport (bus, chiva, mototaxi, bateau).

 

La laguna de Cuicocha, Equateur

img_3192

On avait pas vraiment prévu de la faire mais, étant donné qu’on avait une journée devant nous avant de prendre notre bus pour traverser le pays on s’est dit pourquoi pas. Une petite rando pour nous fatiguer un peu avant nos 14 heures de bus ça nous fera pas de mal.

On c’est rendu sans aucun problème jusqu’à là-bas mais, une fois à l’entrée on n’a pas pu ignorer les panneaux interdit aux chiens et les deux gros toutous accrocher devant.

Je demande à notre chauffeur si c’est strictement interdit (car oui au PNN Los Nevados, c’était interdit aussi) et il me confirme bien que oui mais, qu’on peut essayer de le faire avec le chien sans le dire.

img_3229

Ni une ni deux on tracent sur les premiers km, on cache Kiwie dans mon sac à dos lorsqu’on croise des parc ranger et sinon un devant un derrière et dès que l’on croisait une personne on choppait Kiwie et on la cachait sous la veste. Ce qui nous a valu beaucoup de stress et aussi de faire cette rando de 5h en 3h sous un soleil de plomb et une altitude de 3600m.

img_3220

On a transpirer mais ça nous a permis de doubler toutes les personnes et de faire plus de la moitié tranquillement avec le Kiwie en liberté !

img_3185

img_3181

On ne regrette absolument pas, car c’était vraiment très beau et pour le coup oui ça nous à bien fatiguer avant de reprendre le bus !

Traverser la frontière Colombie/Equateur

20161228_085934

J’ai traverser cette frontière ci deux fois, car pour nous rendre au Pérou on à fait le choix de l’avion (plus simple en terme de temps et d’organisation, vu que nous nous rendions en Amazonie).

Alors, pour changer de pays avec un animal, c’est chiant, mais finalement toujours la même petite routine, une fois qu’on a chopper le truc ça devient un automatisme !

Il faut toujours contacter l’organisme du pays qui s’occupe des « marchandises » y compris des animaux.

Pour la Colombie c’est l’ICA, pour l’Equateur c’est Agro Calidad et pour le Pérou c’est la SENASA (je crois que la SENASA et également en Argentine, Chili, Bolivie).

Vu que je partais de Colombie pour me rendre en Equateur, j’ai du contacter l’ICA, par mail (c’est plus simple) pour leur demander les papiers nécessaires pour pouvoir sortir du pays et au passage pour pouvoir y revenir).

Alors, c’est toujours pareil, vous devez faire faire un Certificat de Bonne Santé, la plupart des véto vous le font, il doit être daté (pour la Colombie) de trois jours max avant la sortie du territoire (pour ce qui est du Pérou, c’est dans les dix jours avant). Du carnet de santé du chien à jour (donc le passeport de l’animal), vérifiez toujours que la date butoir des vaccins n’est pas dépassé et bien évidemment vos propres papiers d’identité et que vous avez bien fait remplir par le veto les derniers traitement antiparasitaires.

img_3445

Certificat de Bonne Santé, avec une fantastique erreur, la véto à noté que mon chien était un Pékinois (rire)

 

Je précise que votre animal doit paraître en bonne santé, ne pas être blessé, ne pas être sale et recouvert de croûte…sinon il le laisse pas passer hein !

Par contre si votre chien et en bonne santé (sans maladie je parle) mais, qu’il a un problème (corporel, enfin pas de maladie transmissible) il a le droit de voyager !

Ensuite vous payez une taxe, pour entrée et sortir du pays, NORMALEMENT vous n’avez pas le droit de la payer directement à l’agent en poste à la frontière, ils n’ont pas le droit d’accepter de l’argent liquide, vous devez vous rendre au préalable dans une banque (en accord avec l’organisme, cela ils vous le disent dans les informations qu’ils vous donnent par mail) et faire un versement sur leur conte en banque et en échange la banque vous donne un reçu que vous présenter à la frontière.

img_3450

Je dis NORMALEMENT et vraiment faite le c’est mieux, car le jour où j’ai traverser la frontière colombie/equateur, c’était durant les vacances, donc oui trèèèèssss trèèèèsss long, le temps d’arriver à Agro Calidad, c’était fermé, enfin il n’y avait plus le « responsable » des entrées pour les animaux, j’insiste, je fais mes yeux de pauvre petite chose triste et malheureuse, je verse quelques larme de crocodile et OOOOh MIRACLE, quelqu’un prend en charge les papiers et ils ont accepté mon argent liquide, ce qui n’est pas autorisé, donc ATTENTION quand même !

img_3448

Bref, c’est toujours pareil, TOUJOURS contacter l’organisme des import/export d’animaux pour qu’ils vous transmettent les informations, les tarifs, et le numéro de compte pour faire le versement. Ensuite automatisme rendez-vous VETO pour faire faire un certificat et remplir la parti antiparasitaire.

Vu que je suis une grosse psycho stressé j’avais aussi tendance à faire toiletter l’animal pour qu’elle soit étincelante, avec le poil doux et soyeux (comme un petit nuage) avant de me présenter dans les bureaux de l’organisme.

Je rajoute autre chose, cela c’est pour passer une frontière terrestre, si vous changer de pays par voie aérienne, sachez que vous devez prendre rendez-vous avec l’organisme (souvent c’est dans les 48h avant votre départ), ils vont faire un topo de l’animal des papiers et tout ça.

 

img_3147

Otavalo, première escale en Equateur